dimanche 9 juillet 2017

Cartographie des Nuages - David Mitchell


Initialement je voulais lire un autre roman de David Mitchell : L'âme des horloges dont j'avais lu la critique chez Gromovar. Mais le prix du format numérique (17,99€) avec en surplus l'apposition de DRM, ce merveilleux verrou numérique complètement inutile, m'a fait renoncer, pour le moment à cet ouvrage. Je ne désespère pas de le trouver à ma médiathèque !

En attendant, je me suis retourné sur Cartographie des nuages disponibles en numérique, pour la modique somme de 8,99€ mais toujours avec DRM. C'est un titre que j'avais repéré depuis longtemps. De nombreuses critiques élogieuses, un film tiré du roman (certes ce n'est pas un gage de qualité !), une envie de découvrir l'auteur... m'ont décidé de passer ce livre de ma wish-list à ma liseuse. 

Je me suis attaqué à ce pavé de 672 pages sans avoir vraiment idée de quoi il retournait, un saut dans l'inconnu et pour le coup, je n'ai pas été déçu. Ce roman est en fait une association de six histoires se passant du milieu du XIXème siècle à un futur post apocalyptique en passant par les années 1930 ou la fin du XXème siècle. A chaque période son "héros", son personnage principal, son histoire indépendante. Seules quelques passerelles entre les histoires et un fil conducteur ténu lient le tout.

L'originalité du roman est dans sa construction. Tout commence dans les 1850, sur les îles Chatham, haut lieu de colonisation anglaise (dont je n'avais jamais entendu parler !) où nous suivons Adam Ewing, homme de loi plutôt naïf. Son histoire s’arrête brutalement pour passer à la suivante, une correspondance entre Robert Frobisher et son amant Rufus Sixsmith. Quatre autres histoires se succéderont dans l'ordre chronologique. Arrivé à la sixième et dernière, l'auteur poursuit son roman en reprenant les histoires dans l'ordre antéchronologique. C'est dans ce retour que les liens entre les différentes histoires se feront plus précis.

L'autre force du roman, à chaque période son histoire, son vocabulaire, son style d'écriture. L'auteur passe du roman d'aventure du milieu de XIXème à la correspondance puis à une sorte d'interrogatoire, etc. Mais c'est également un mélange entre polar, science fiction, roman postapocalyptique ou thriller. Dans les périodes futures, tout un phrasé a été inventé, des néologismes apparaissent, la sixième histoire a été pour ma part la plus compliquée à appréhender et on ne peut que féliciter la traductrice.

Sur le fond, le roman est avant tout une critique amère de l'espèce humaine, de son égoïsme et que l’Humanité ne retient rien de ses erreurs passées. L'homme n'est que l'instrument des puissants au service du pouvoir et de l'argent. La vérité a du mal à exister face aux dogmes et aux croyances. La liberté de conscience individuelle est toujours mise à mal face à la manipulation de masse.

Roman cathédrale qui déborde de références culturelles, littéraires, scientifiques (dont une bonne partie m'a échappée !) Cartographie des nuages aborde également des dizaines de thèmes différents qui sont dans l'air du temps : racisme, écologie, pouvoir, manipulation, média, biotechnologie...

Pour conclure, Cartographie des nuages est une grande claque littéraire, une lecture qui se mérite mais de laquelle on ressort grandi, émerveillé et/ou effrayé. Il fait partie des romans qui marquent et qu'on n'oublie pas. Roman assez sombre pour l’Humanité, pessimiste dans son ensemble, on notera tout de même qu'il existe une once d'espoir...



Les avis de Vert, de Brize





12 commentaires:

  1. Tu as été emballé et je m'en réjouis (ça n'avait pas été mon cas : https://surmesbrizees.wordpress.com/2015/09/12/cartographie-des-nuages-david-mitchell/) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens d'aller lire ton avis, je comprends tes réticences même si je ne les partage pas. ;-)

      Supprimer
  2. Il me fait un peu peur ce roman. D'après ce que je retiens de ta critique, j'ai plus l’impression d'être devant un exercice de style et de narration sur des thématiques à la mode. Comme le titre le suggère, cartographier les nuages n'est-il pas un peu vain ?
    Je vais d'abord tenter le film...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as vraiment 6 novellas, 6 histoires différentes dans le style, l'époque, le contexte. Forcement tout est lié même si c'est ténu !
      Ca demande un minimum d'effort mais le plaisir est là.

      Supprimer
  3. Ravi que ce livre t'ait plu ! Pour ma part, je le note dans un coin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca pourrait te plaire... et tu es arrivé à avaler les pavés McDonald sans rechigner, tu pourras déguster celui-ci sans problème.

      Supprimer
  4. C'est un très beau roman. Ton avis confirme ce que je pensais, à savoir que tout le monde y trouve quelque chose, mais c'est jamais la même chose !
    L'adaptation en film est également très réussie. Plus (voire trop) simpliste dans le propos mais la façon dont les histoires s'assemblent est vraiment bien fichue.

    RépondreSupprimer
  5. Je n'est pas vu le film mais ca ne me tente pas, j'aime bien rester sur mes impressions de lecture. En tout cas ce livre m'a donné envie de lire d'autres ouvrages de l'auteur !

    RépondreSupprimer
  6. Je pense enfin m'attaquer à l'oeuvre de David Mitchell avec "L'âme des horloges" cette année. "Cartographie des nuages" me fait envie mais comme je connais déjà le film (excellent d'(ailleurs, je te le recommande), j'ai un peu de mal à vouloir m'y plonger (alors que si j'ai déjà lu un roman, je n'ai aucun problème pour regarder l'adaptation au ciné...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'âme des horloges, si il était à un poil moins cher en numérique, il serait dans ma liseuse ! Je vais patienter... j'en ai aussi parlé à ma bibliothécaire, elle a pris note !
      Ce livre m'a donné envie de lire l'auteur.

      Je ne suis trop TV, je m'ennuie trop souvent devant un film et celui-ci fait 3 heures ! :-o

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le lieu pour faire sa pub !

      Supprimer